Expositions

Quelle idée bizarre de vouloir montrer à un public mes carnets de voyage ! Au départ, ils sont plutôt personnels et s’ils doivent être partagés, ce serait plutôt de la main à la main pour sentir l’objet avec les doigts et parfois aussi avec le nez. Quelques personnes intéressées souhaitant les voir, j’ai commencé à les sortir de leurs tiroirs à partir du milieu des années 2000, au moment où le genre atteignait son pic de popularité et où les sollicitations devenaient plus nombreuses.

L’intérêt du carnet réside dans la suite de dessins mélangés au texte. Extraire un dessin pour le mettre sous verre et l’encadrer le sort de son contexte. Autant réaliser des dessins à part, destinés à être exposés et peut-être vendus, des dessins qui fonctionnent pour eux-mêmes.

L’utilisation fréquente depuis 2005 de carnets chinois en accordéon m’a simplifié la tâche puisqu’il peuvent se déplier pour être montrés entièrement. Encore faut-il penser à la manière de les présenter, de les installer, inventer des supports.

Le principe d’accrocher des cadres sur des grilles m’ennuie, ça ne correspond pas à l’idée que je me fais du carnet de voyage. Certains rétorqueront que c’est une solution très pratique, la seule façon de vendre quelque chose puisqu’il faut bien, parfois, récupérer un peu d’argent ne serait-ce que pour repartir en voyage. Réaliser des cartes postales ou des posters pour tenir une boutique ne me réjouit guère. En plus, j’ai peu d’aptitude au commerce - au grand dam de mon entourage - et je ne sais pas faire le show, mais ce fut parfois la seule façon de partager mes carnets en participant à certains salons ou festivals

Décorer un stand m’ennuie aussi. Faut-il exposer des souvenirs du voyage, des tissus, des théières, des oiseaux empaillés ou mes chaussettes de marche pour compenser la faiblesse de mes carnets ? La façon de montrer les carnets doit parler du voyage effectué avec ce que je sais faire. J’essaie plutôt de les présenter dans un environnement qui en serait la continuité graphique, d’en conserver l’esprit en utilisant les mêmes matériaux, de faire une déclinaison. Placer un carnet dans une vitrine ou sous verre me fend le cœur, j’ai l’impression de voir un petit animal sauvage en cage. Quitte à ne présenter que deux pages ouvertes, je préfère qu’elles soient à l’air libre, qu’elles puissent être touchées, être abîmées peut-être, ce n’est pas la fin du monde...

Autant dire que cette exigence n’est pas toujours aisée à mettre en place dans les réunions actuelles où la présentation des carnets de voyage, par manque de moyens financiers, s’épuise parfois sur des tables de festivals dans des habitudes qui vite me lassent. Si je dois continuer à sortir mes carnets de leurs tiroirs, je veux aller vers plus de “scénographie”, même si le mot est exagéré, vers une valorisation de l’objet carnet. C’est un défi aussi prétentieux que passionnant.

affiche expo Institut confucius Angers

expo mediatheque Orleans

1992. Saumur, Théâtre. Autour d’ailes. Carnets de voyage autour de la France à pied, dessins des moulins à vent.
1993. Saumur, Chapelle Saint-Jean. Carnets de Guyane.
1996. Saumur, Médiathèque. Heures birmanes.
2001. Saumur, Jardin des Plantes. De ksars en Kasbahs, Carnets du Maroc.
2003. Saumur, Théâtre. Sidonia du Maroni, Carnets de Guyane (2).
2004. Saint-Goazec (Conseil Général du Finistère), domaine de Trévarez, La fête des roses de Keela m’Gouna. Montfort (49), commande de la Communauté de Communes de la Région de Doué-la-Fontaine. La fête des roses de Keela m’Gouna, Maroc.
2005. Le Mans, Hôtel de Ville.
2007. Montreuil-Bellay (49), Prieuré des Nobis, Carnets de Chine et du Laos.
2009. Saumur, Chapelle Saint-Jean, A la recherche des temples perdus du Fleuve Jaune, (carnets de voyage présen¬tés sur des lanternes).
2011. Paris, Musée de la Poste, Le monde au bout du crayon,
2013. Angers, Institut Confucius, Carnets de Chine.
Avrillé, Centre Culturel Brassens, Dernières nouvelles de Mandchourie.
Clermont-Ferrand, Espace Victoire, La Route des carnets, Carnets de voyages 1993-2013.
2015. Avoine (37), médiathèque. Saumur, Galerie Loire Valley.
2016. Sablé-sur-Sarthe, Office de Tourisme, dans le cadre du festival Sablé-sur-livres. Orléans, médiathèque.
2017. Divatte sur Loire, médiathèque.