Les carnets de voyage de Nicolas Jolivot

Tour de France

  • En novembre 1991, je viens juste d’avoir 25 ans et je pars à pied sur les routes de France. Après un service militaire et trois années passées à Paris pour suivre les cours de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, je n’ai qu’une envie, fuir la hiérarchie et la capitale. Je profite de ce voyage, initiatique, pour réaliser mon diplôme de fin d’étude. Les petits vents locaux rencontrés au fil de la marche me servent de sujet et, comme je viens d’écrire une étude sur les moulins à vent de ma région, je dessine tous les moulins que je croise. Je comprends pendant ce long périple en solitaire que le carnet est un compagnon indispensable. À cette époque, je ne dis pas “carnet”, mais “journal de voyage”.

    Sans argent, je fais quelques boulots, couvreur, livreur de bois de chauffage pour me racheter des chaussures, j’échange des dessins représentant les clochers de villages contre du pain ou de la charcuterie… et je n’ai souvent qu’un porte-plume et une petite bouteille d’encre pour ne pas trop charger mon sac- à dos. J’offre au vent tout le long du trajet, sur mes lieux de campement, des petits personages fabriqués avec des objets ramassés sur le chemin…

Tour de France