Les carnets de voyage de Nicolas Jolivot

Maroc

  • Entre 2000 et 2012, je vais dix fois au Maroc, en essayant d’aller un peu partout, traversant les pistes en Ami 8 avec un copain, à pied dans le Djebel Saghro, seul ou en groupe avec l’ami Ahmed depuis son merveilleux petit village de Handour. Même si, aujourd’hui, je suis appelé vers d’autres destinations, le Maroc reste toujours l’une de mes destinations favorites et, avec le recul, je trouve ce pays pas si facile à dessiner et à décrire. Ébloui par les couleurs vives, les silhouettes fluides, les médinas et paysages pittoresques, je peux passer tout mon temps à peindre ou à dessiner (et à manger des tajines). J’utilise souvent du brou de noix et de la gouache blanche sur le papier kraft que je trouve dans les souks ou même celui des sacs de ciment sur les chantiers ou alors de l’huile sur papier. Contrairement à ce qu’on peut penser, c’est une technique possible en voyage. Il suffit de quelques petits tubes, et, au lieu de transporter une bouteille d’eau, d’avoir un flacon d’essence, et une brosse à la place du pinceau. La fine couche s’imprègne et sèche assez vite sur le papier dans les pays chauds.

Livre(s)

Maroc