Les carnets de voyage de Nicolas Jolivot

Carnets d'Ouganda et d'Éthiopie

  • Je fais une pause avec la Chine. Trop d’habitudes et de connaissances des lieux émoussent le voyage, gomment les surprises, bonnes ou mauvaises. Je ne veux pas devenir un spécialiste afin de garder un regard neuf, candide. Je profite de ce “break” pour regarder sur la planisphère du coté de l’Afrique où, à part le Maroc, je ne suis jamais allé. Je cherche un fleuve, là où la vie se concentre, et je tombe sur le Nil, pas celui des pyramides d’Egypte, mais celui des monts brumeux et des lacs.

    Evidemment, je ne peux pas réaliser mes carnets avec les papiers et les pinceaux chinois que j’utilise habituellement. Je pars donc sans matériel, sauf quelques petits flacons d’encres de couleur. J’utilise essentiellement des fournitures locales, cahiers d’écolier, journaux et stylos bille. J’ai aussi la chance de voyager avec le photographe Marcel Druart grâce à qui je peux affiner certains portraits car je suis gêné d’immobiliser les gens trop longtemps pour les dessiner.

Livre(s)

Carnets d'Ouganda et d'Éthiopie